Bonjour.  Voici quelques extraits de mon livre "Voulez-vous étudier les langues efficacement?"

                                                                                       Ivan Kupka alias Martin Abel
 



 *****************************************************************************

Je remercie mes amis français pour avoir corrigé ma traduction du texte suivant.  Je dis

un grand merci  à Christiane Berthelot, Jean-Paul Garnier, Claude Georgiadès,

Pierre Lassalle, Yves Péraire, Yvette Perrin, Michel Perrin, Christophe Rigotti et Anne Roulé.

*********************************************************************
 
 
 

VOULEZ-VOUS ETUDIER LES LANGUES EFFICACEMENT?

                               MARTIN ABEL
 
 
 
 

                                                                    PREFACE.

                                                       A QUI S`ADRESSE CE LIVRE?

Imaginez que, dans un an ou deux, vous parliez une nouvelle langue étrangère de manière très satisfaisante. Imaginez qu`il vous serait normal de répondre aux étrangers  en anglais ou de comprendre les émissions de la télévision allemande ou espagnole. En imaginant tout cela,  quels sentiments ressentez-vous? Sentez-vous avoir la détermination et la volonté nécessaires à la réalisation de cet objectif ... quels que soient les sacrifices à faire?
Ou bien, au contraire, êtes-vous dans une situation telle que vous ne puissiez consacrer plus d`énergie et de temps investi à l`apprentissage des langues? Cependant, vous avez le désir d`améliorer vos résultats ou de maintenir le niveau de vos connaissances avec un effort minimal  et vous voulez étudier d`une façon  plus intéressante, plus motivante.
Plus une des descriptions précédentes vous caractérise, plus ce livre vous sera utile.

                                                                                                          L`auteur
 
 

CHAPITRE 1. L`efficacité dans la vie et dans nos études.
 

Les thèmes de ce chapitre: Etudier et utiliser les langues efficacement revient à le faire d`une façon qui nous permet de réaliser nos valeurs et nos objectifs les plus valables, d`une façon qui nous aide à devenir nous-même.
Un extrait de ce chapitre:

PAGE 9   (épigraphe): Ca sert à quoi d`aller deux fois plus vite, quand on a oublié, où on voulait aller?
                                                                                                                  G. K. Chesterton

Efficacité - comment la définir?
Qu`est-ce que ça signifie "travailler efficacement?" Une explication, assez répandue, dit que nous travaillons efficacement quand nous obtenons l`effet que nous attendions  en minimalisant notre effort.
Mais soyons plus précis et essayons de concrétiser la signification du mot "effet".  Qui a travaillé plus efficacement? Un étudiant qui au cours d`une certaine période de temps a acquis une capacité d`apprendre les vocables trois fois plus vite qu`auparavant? Ou plutôt un étudiant qui au cours de la même période utilisait ses capacités et connaissances pour contacter des universités étrangères et qui a obtenu une bourse pour poursuivre ses études à une université prestigieuse?
......
Etudier les langues efficacement, cela signifie étudier ces langues en réalisant nos valeurs et nos objectifs les plus importants, ce qui nous aide à nous épanouir et à devenir nous-mêmes.
 
 

CHAPITRE 2. Les niveaux les plus importants de notre expérience.

Les thèmes de ce chapitre:  Comment modéliser les meilleurs, les maîtres? La PNL (programmation neuro-linguistique) et le schéma de Bateson. Pour étudier efficacement, pour obtenir des résultats exceptionnels, il est souhaitable de travailler efficacement  dans six niveaux concrets. Exemple concret de deux étudiantes (l`une très efficace, l`autre aux résultats médiocres) et de leurs approches par rapport à chacun de six niveaux mentionnés plus haut.
 

PAGE 14
Au cours des derniers décennies, les chercheurs ont créé des modèles qui décrivent et reflètent l'expérience humaine d'une façon plus sophistiquée que ne le faisaient les modèles classiques, utilisés jusqu' à présent.
 

Modélisation approfondie

Les nouveaux modèles de personnalité soulignent le fait que l'homme structure son expérience sur plusieurs niveaux. Chacun de ces niveaux influence notre capacité d'apprendre , de nous changer, de nous développer d'une manière efficace.

Beaucoup de livres, traitant le sujet d'étude efficace des langues, ne parlent que de certains de ces niveaux. Et très souvent un seul niveau est focalisé - par les différentes méthodes d'apprentissage de la matière. Bien sûr, il est important d'utiliser une bonne méthode et parfois cela peut améliorer miraculeusement les résultats de nos études. Mais les méthodes ne sont qu'un des facteurs de la réussite.

Certaines personnes ne progressent pas, même en utilisant la meilleure des méthodes; d`autres arrivent à bien maîtriser une langue étrangère en utilisant une méthode primitive.
 

Comment modéliser les maîtres

Une des façons qui nous permet de réaliser des résultats exceptionnels, dans une discipline choisie ,est d'apprendre en imitant les maîtres de cette discipline.  Dans ce cas, il est important d'observer et d'imiter leur expérience subjective à tous les niveaux essentiels.

Le schéma suivant de Bateson est un outil qui peut nous être extrêmement utile pour une modélisation approfondie des maîtres. Le schéma détaille les niveaux mentionnés plus haut avec leur hiérarchie.

Ce sont surtout les recherches et les séminaires pratiques, menés par Robert Dilts, qui ont permis d'élaborer et d'exploiter l'idée de Bateson. Dilts est un des chercheurs qui ont développé la PNL - la programmation neuro-linguistique. La PNL est une discipline qui, entre autres, étudie comment les gens brillants atteignent des résultats exceptionnels.
 

PAGE 15

Commençons donc à travailler avec le schéma de Bateson. Nous allons le transformer un peu, pour qu'il puisse mieux servir à nos desseins.
 

Le schéma des niveaux logiques d'expérience subjective

L'homme structure son expérience d'une façon hiérarchique. On a trouvé qu'en faisant une modélisation, il est utile de prendre en compte les niveaux suivants : environnement, comportements, capacités - stratégies, les croyances et les valeurs, identité, nos liens avec le monde extérieur - "le sens de la vie".

Parfois, nous appellerons le dernier niveau simplement "spiritualité" comme c'est le cas dans la terminologie établie par Dilts. Le schéma suivant illustre la situation :

SPIRITUALITÉ

(La vision de notre mission dans la vie)

IDENTITÉ, NOS RÔLES

CROYANCES - VALEURS

CAPACITÉS - STRATÉGIES

COMPORTEMENT

(les actes élémentaires)

ENVIRONNEMENT
 

Regardons maintenant notre schéma de plus près. Quel est le niveau auquel on peut trouver les méthodes d'études ? Elles ont leur place au troisième étage, dans la rubrique "capacités - stratégies".

Mais, comme on peut le voir, notre immeuble a six étages. Il serait idéal, si - au cours de nos études et quand nous nous servons de la langue - chaque étage était habité par des locataires performants.

Nous pourrions atteindre des résultats fabuleux, si nous parvenions à travailler efficacement par rapport à chacun de ces niveaux ! Cela vaux la peine de nettoyer les fenêtres dans l'immeuble et de commencer à faire le ménage à fond.
 
 
 

CHAPITRE 3. Nos ressources.

Les thèmes de ce chapitre: Comment trouver des ressources nouvelles au niveau de l`environnement, du comportement, des capacités, des stratégies? Comment travailler avec nos croyances et valeurs pour qu`elles deviennent des ressources pour notre apprentissage?

PAGE 30 Dans quels contextes suis-je sûr de moi ?

Quand on étudie une langue, il est souhaitable de connaître les réponses aux questions suivantes :

- Quelle est mon image de moi-même  ?

- Dans quelle mesure est-ce que je crois en mes capacités, en mon futur ? Dans quels contextes suis-je sûr de moi et dans quels contextes ne suis-je pas sûr de moi?
- Parmis mes croyances, quelles sont celles qui ont un effet positif sur mes études de la langue étrangère, quelles sont celles qui ont un effet négatif  sur ces études?

On peut transformer ses croyances

Dessinons une table simple où vont figurer celles de nos croyances qui ont un certain impact sur nos études et l'utilisation des langues. Réfléchissons. Qu'est-ce que nous pourrions faire pour que les croyances avec un impact négatif aient un impact positif ? Qu'est-ce qu'il nous faudrait changer, pour que ces croyances nous aident à mieux étudier ?

Prenons par exemple la croyance "J'étais toujours une mauvaise élève". Même si la croyance reste inchangée, on peut toujours lui donner une autre interprétation : "J'étais toujours une mauvaise élève, c'est pourquoi je dois utiliser la langue étrangère surtout dans un environnement naturel, dans la vie quotidienne. Je dois me libérer du contexte scolaire le plus tôt possible ."
 

Changer systématiquement nos croyances "limitantes"

Pour qu'on puisse changer une de nos attitudes internes, on a parfois besoin de l'aide d'un conseiller pédagogique ou d'un psychologue expérimenté. Mais, dans beaucoup de cas, il nous suffit tout simplement d'observer la situation d'un point de vue un peu différent, de la décrire par des mots différents.
 
 

PAGE 31

Nous sommes capables de trouver d'autres descriptions pertinentes des choses, descriptions qui reflètent pleinement la réalité.

Voici quelques exemples de cette manière de faire.

1. Il serait pratique de remplacer la croyance "Je ne connais pas les verbes irréguliers allemands" par la croyance suivante : "J'ai besoin d'apprendre les verbes irréguliers allemands" et "Si je réussis à apprendre cinq verbes irréguliers par semaine et faire les exercices les concernants, dans quelques mois je vais devenir expert dans ce sujet."

Il serait bien de soutenir la nouvelle croyance par une décision concrète le plus tôt possible : "Ce samedi je vais apprendre les dix verbes les plus utilisés, ceux qui se trouvent dans les premiers chapîtres de mon manuel."

2. On peut remplacer la croyance :"Je n'ai pas de temps pour participer aux cours d'anglais organisés par notre entreprise, car j'ai trop de travail et je bouge beaucoup" par " Puisque j'ai trop de travail pour pouvoir participer aux cours, je vais m'inscrire à un cours intensif pendant les vacances."

On peut aussi aborder l'affaire de la manière suivante : "C'était la difficulté de participer à ces cours qui m'a montré que j'avais trop de travail. Qu'est-ce que je pourrais faire ? Qui pourrait me remplacer et s'occuper de certaines tâches ? Y-a-t'il, parmi mes activités, des choses qui ont moins de valeur que le cours ...des activités, dont je pourrais me libérer ?

3. " Je suis déjà vieux. Je ne veux pas me ridiculiser devant les plus jeunes" peut être remplacé par :"Le travail intellectuel nous rend plus jeunes. J'apprends des choses pour moi, pas pour les autres. J'ai le droit de travailler à mon propre rythme."

4. "On diffuse toujours une leçon d'allemand à la télé, exactement à la mème heure que les répétitions de notre fanfare. L'orchestre est plus important pour moi" - dans ce cas, on peut se poser la question suivante : "Y-a-t'il quelqu'un dans notre orchestre qui apprend l'allemand ? Quand ? Et comment ? Est-ce que les cours télévisés représentent la seule possibilité ?"
'Lorsque je regarde les
5. "Mon épouse n'aime pas que je regarde les émisions anglaises car elle ne les comprend pas" - cette phrase peut être remplacé par une des phrases suivantes :

a) "Mon épouse désire ma compagnie et mon attention. Je vais la dédommager d'une façon ou d'une autre, de ces moment perdus qu'on aurait pu passer ensemble devant la télévision."

-
 

CHAPITRE 4. L`héritage des polyglottes. Les méthodes et stratégies d`apprentissage efficaces.
Les thèmes de ce chapitre: Ce chapitre parle de Mezzofanti, Krebs, Tagliavini, des "polyglottes anonymes" et surtout de Heinrich Schliemann (il parlait 20 langues) et Kató Lomb (traductrice hongroise parlant 15 langues).
Comment utiliser notre imagination pour enrichir notre vocabulaire? La méthode du mot-clé. Les dix commendements d`un polyglotte.
 

PAGE 46

La méthode devrait nous servir surtout dans les cas où nous avons besoin de mémoriser un mot récalcitrant. Mais la partie la plus importante de notre travail doit être constituée par la manipulation de phrases entières, pas de mots isolés !

Les musiciens eux aussi étudient des parties de morceaux musicaux. Ils apprennent à jouer un morceau au minimum mesure par mesure; ils n'étudient pas chaque note ou chaque accord séparément.
 
 

LES DIX COMMANDEMENTS POUR UN POLYGLOTTE

Les polyglottes ont réussi à étudier les langues d'une façon beaucoup plus efficace que les autres personnes. C'était, surtout, grâçe au fait qu'ils respectaient - consciemment ou inconsciemment - certaines règles. Quelles règles pourraient former les "dix commandements pour polyglottes" ?

1. Avoir un objectif. Etre motivé pour atteindre quelque chose.

Champollion avait un désir ardent de déchiffrer les hiéroglyphes égyptiens et pour atteindre ce but il a appris un grand nombre de langues.

Heinrich Schliemann profitait de sa connaissance des langues en exerçant son métier de commerçant; il en avait besoin aussi pour pouvoir étudier les ouvrages d'antiquité. Roald Amundsen voulait devenir explorateur polaire et il était persuadé que, dans sa carrière future, il aurait besoin de l'anglais, de l'allemand et du français.

Les polyglottes non seulement étudiaient les langues, mais, avant tout, ils s'en servaient activement.

2. Apprendre les langues une par une et pas deux langues nouvelles à la fois.

3. Commencer par apprendre la prononciation, écouter et reproduire des phrases à voix haute, réciter des passages courts dix fois, vingt fois d'affilée.

4. Commencer d'une manière intense, investir toute notre énergie dans nos études, atteindre le plus vite possible un niveaux dépassant le cadre scolaire, un niveau où la langue commence à nous servir à atteindre nos objectifs et à apprendre ce qui nous intéresse.

(On pourrait lire des livres anglais, écrits avec un style simple - par exemple des livres de Sir Arthur Conan Doyle - déjà après un mois d'études. Par exemple on pourrait participer à une formation suggestopédique de 10-14 jours et puis s'entrainer au moins trois heures par jour en lisant des textes de plus en plus complexes.)
 
 

PAGE 47

5. Il faut lire beaucoup et lire à voix haute.

La lecture silencieuse n'a presque aucun effet en ce qui concerne l'apprentissage de la langue parlée. Lisons des textes qui parlent des sujets que nous connaissons très bien, ou qui nous intéressent, ou nous motivent beaucoup.

6. Apprendre des textes par coeur - en parlant à voix haute.

7. Avoir des contacts multiples avec la langue étrangère vivante, avec les cultures qui l'utilisent.

S'intéresser aux nations qui parlent la langue, s'intéresser à leur histoire. Se servir de la langue dans la vie courante chaque fois que possible.

8. Utiliser efficacement le temps !

Quand nous étudions une langue nouvelle, nous devrions travailler au moins 5 jours par semaine, 2-3 heures par jour et au moins douze heures par semaine au total. Les premiers jours (ou premières semaines) cela devrait être même beaucoup plus.

9. Réviser, réviser, réviser ! Repasser périodiquement surtout les phrases de conversation utiles ou - ce qui est encore mieux - de courts dialogues.

10. Mettre à profit tous ses talents, capacités, réserves...
ainsi que les talents, capacités et réserves de votre entourage. Améliorer nos méthodes de travail, entraîner notre mémoire, développer notre capacité à visualiser.
 

MÊME LES POLYGLOTTES N'AVAIENT PAS BESOIN D'ÊTRE PARFAITS

On peut tirer encore une leçon très encourageante de l'observation des polyglottes. Nous n'avons pas besoin de maîtriser parfaitement toute langue étudiée. Dans la plupart des cas, il nous suffit d'apprendre une très petite partie de la matière.

Par exemple, le linguiste danois Rasmus Christian Rask (1778-1832) - un polyglotte célèbre il y a cent cinquante ans - pouvait lire les livres dans 55 langues, mais il ne parlait pas toutes ces langues. Il était capable de communiquer dans beaucoup de langues, mais il maîtrisait seulement deux langues d'une manière parfaite. Il s'agissait du danois, sa langue maternelle et de l'islandais. Quand il était très jeune, il avait passé quelques années en Islande.

Heinrich Schliemann parlait anglais, français et russe d'une manière parfaite. Il pouvait discuter dans ces langues, écrire des articles et des livres. Sa connaissance de la langue chinoise était beaucoup moins profonde. On sait, qu'au cours de la fièvre de l'or en Californie, quand il rachetait de l'or, il pouvait se faire comprendre en chinois auprès de ses clients chinois.

Mais, quelques années plus tard, au cours de son voyage à travers la Chine il devait se servir d'un interprète pour pouvoir communiquer avec les habitants du pays.
 
 
 

CHAPITRE 5. Notre compte linguistique personnel.
Les thèmes de ce chapitre: Où en sommes-nous dans la maîtrise d`une langue? Tests. Quels objectifs voulons-nous atteindre par rapport à l`apprentissage de cette langue? Quel genre de connaissances peut le mieux enrichir notre vie?
 

PAGES 52-53

Le texte au-dessous de l'image  : "Le compte linguistique et le nombre de langues connues."

EXAMINONS NOTRE COMPTE LINGUISTIQUE

Nous pouvons imaginer que notre connaissance de langues représente une sorte de compte linguistique. Il s'agît d'un compte assez spécial  : son heureux propriétaire peut en retirer chaque article perpétuellement et  plus il le retire souvent, plus il sera  servi promptement  au guichet. Malheureusement, les comptes linguistiques de beaucoup de personnes sont mal structurés,  et ils sont consistitués d'articles peux utiles pour leurs propriétaires. C'est pourquoi il est souhaitable de concevoir (planifier) notre compte linguistique idéal à l'avance et seulement après  travailler - conscients de notre but - pour le construire.

Dans quel état se trouve notre compte linguistique aujourd'hui ? Est-ce que nous pourrions nous arranger pour recevoir de relevés de compte régulièrement ?

Aucune banque n'offre de service pareil. Arrangeons-nous donc nous-mêmes pour voir ce qu'il y a sur notre compte. Nous pouvons par exemple faire un tableau dont les lignes décriront des langues étrangères, et dont les colonnes contiendront pour chaque langue des données indiquant notre niveau de maîtrise.
 

COMMENT FAIRE ?

Nous n'allons pas simplement consigner  le nombre d'années d'études que nous avons consacré à  l'apprentissage des  langues, ni les notes que nous avons obtenues, ni les commentaires de nos voisins de palier à propos de nos capacités linguistiques. Il vaut mieux que nous choisissions de regarder de plus près les données qui sont importantes pour nous-mêmes. Celles qui nous indiquent si nous sommes correctement préparés pour l'utilisation que nous souhaitons faire des différentes langues.

Nous pouvons nous inspirer du questionnaire suivant. Bon travail !
 

QUESTIONNAIRE

Choisissez la langue étrangère pour laquelle vous désirez faire   votre "relevé de compte". Répondez aux questions suivantes :

__________________________________________________________________

La langue choisie :

___________________________________________________________________

1. Vous êtes capables de comprendre dans cette langue

a) les nouvelles présentées aux journaux télévisés

b) des films d'action
c) des films dans lesquels on parle beaucoup

d) des émissions humoristiques
 
 
 

CHAPITRE 6. Les avantages de l`apprentissage individuel (indépendant, quand on étudie seul).
Les thèmes de ce chapitre:  Des méthodes d`autodidactes utilisés par Heinrich Schliemann,Zygmund Broniarek et Kató Lomb. Un trésor en or nommé lecture. Comment commencer à lire dans une langue étrangère après avoir étudié seulement quelques semaines.
 
 
 

CHAPITRE 6. Les avantages de l`apprentissage individuel (indpendant, quand on tudie seul).
Les thèmes de ce chapitre:  Des mthodes d`autodidactes utiliss par Heinrich Schliemann,Zygmund Broniarek et Kat Lomb. Un trsor en or nomm lecture. Comment commencer à lire dans une langue trangère après avoir tudi seulement quelques semaines.
 
 
  Page 66
 

Quoi lire?
  Certains auteurs recommandent les contes de fes comme première lecture en langue trangère. Il est vrai que si "Le Petit Chaperon Rouge" tait notre conte de fe prfr, en lisant la version de ce conte en allemand nous nous apercevrions qu`une grande part de ce texte nous est comprhensible.
  Malheureusement, les contes de fes contiennent, en gnral, beaucoup de mots, inutiles pour lenrichissement de notre vocabulaire de base. Ce qui est utile ce sont des mots quotidiens, utiliss dans les conversations ordinaires. Il s'agt des mots comme: tête, marcher, regarder. Notre interlocuteur serait choqu si dans notre conversation nous prfrions systmatiquement des mots comme "ciboulot, tituber, carquiller".
 
  Les pièces de thtre sont plus utiles que les conte de fes  Dans les pièces de thtre il y a beaucoup de dialogues et des mots frquemment utiliss dans la vie quotidienne. Une autre possibilit est de se servir d'un conte de fes, d'un roman policier ou d'un livre de reportage et de nen lire que les dialogues. Les encyclopdies pour enfants sont crites dans un style simple, leurs textes sont souvent mis au temps prsent. Des textes descriptifs de ce genre nous aident consolider et largir notre vocabulaire. Mais on trouve peu de discours directs dans ce genre de textes.
  Un avertissement : vitons les textes qui sont crits dans un style hyper-moderne, obscur ou trop littraire. Le langage de leurs auteurs est trop loign de la norme.
 

CHAPITRE 7. Nos objectifs fondamentaux (principaux pour la vie).
Les thèmes de ce chapitre: Comment étudier de telle façon que notre apprentissage et utilisation des langues soient cohérents avec nos objectifs fondamentaux et que cela enrichisse considérablement notre vie?

Pages 80-81

Les principes que nous allons introduire sont des principes généraux. Ils peuvent être utilisés pour la formulation d'objectifs de tout genre.
Faisons maintenant l'exercice suivant et refaisons le chaque fois que  nous aurons besoin de formuler un objectif linguistique important. En ce qui concerne des objectifs partiels, moins importants, il nous suffit , pour les formuler, de respecter surtout les principes numéro un et trois.
 

Exercice - les conditions d'un objectif bien formulé
Choisissons un objectif linguistique et notons le sur une feuille. Pour commencer, vérifions surtout  que cet objectif n`en renferme pas plusieurs.
Commençons par modifier l'objectif,  suivant les principes qui sont mentionnés plus bas. Prenons des notes et notons aussi la formulation finale de l'objectif.
 

Principe No 1. L'objectif doit être formulé positivement.

Il nous faut formuler l'objectif d'une manière qui nous permet de savoir, ce que concrètement nous voulons atteindre. Par exemple, si notre objectif est formulé sous la forme suivante : "Je ne veux pas être vexé à cause de mon mauvais anglais chaque fois que l'on a des visiteurs étrangers" - il n'est pas formulé positivement. Voici une formulation positive :" Je veux apprendre cinquante phrases anglaises, des phrases qui sont utilisées fréquemment dans la conversation courante. Quand j'accompagnerai des étrangers invités par notre entreprise, je serai capable de répondre à toutes leurs questions simples, concernant les activités de notre entreprise.
 

Principe No 2. Atteindre notre objectif doit être sous notre contrôle.

Il doit s'agir d'un objectif dont la réalisation dépend de nous. L'objectif "Je veux que ce soit le président des Etats Unis qui  m'enseigne l'anglais" n'est pas sous notre contrôle.
L'objectif " Je veux que notre maîtresse d'anglais apprécie verbalement mon travail" ne dépend pas entièrement de nous, mais aussi de la disposition d'esprit ( de l'humeur) de la maîtresse et de sa manière de communiquer.
Voici un objectif qui est sous notre contrôle : "Je vais étudier pendant dix heures la cassette sur laquelle est enregistré le discours du président américain, je vais imiter son accent en parlant à voix haute."
 
 

Principe No 3. Nous devons être capables de vérifier que nous avons atteint notre objectif.

If faut décrire l'objectif de telle façon que n'importe qui puisse contrôler si l'objectif est atteint. Qu'allons nous voir, sentir, entendre quand l'objectif sera atteint ? Qu'est-ce qui vas nous signaler qu'il est atteint ?

Par exemple : "Je vais entendre que j'explique à notre invité les activités de notre entreprise et en même temps je vais me rappeler de l'accent du président américain que j'entendais sur la cassette. Je vais entendre que mon accent est semblable. Je vais voir sur le visage du visiteur qu'il me comprend."

Un autre exemple. - Pour moi, connaître les verbes anglais ça signifie concrètement :

a) je vais connaître les cinquantes verbes les plus courramment utilisés, y compris leurs formes irrégullières. Je vais écrire les verbes sur des fiches;

b) je vais être capable de faire facilement et sans hésiter chaqun des exercices des chapîtres 25-30 de mon manuel;

c) je vais être capable de faire les exercices qui sont enregistrés sur les deux cassettes de 60 minutes, concernant la conjugaison et le conditionnel. Je vais refaire les exercices au moins cinq fois.

Il est très important de pouvoir vérifier que notre objectif est atteint. Autrement, il pourrait nous arriver de ne  pas savoir, jusqu'à la fin de notre vie, si nous l'avons atteint !
 
 

Principe No 4. Nous devons savoir dans quel contexte nous allons atteindre notre objectif.

Avec qui allons nous étudier ? Quand, comment ? Combien de temps, avec quelle fréquence ? Quels accesoires allons-nous utiliser ? Où, quand, dans quel contexte nous allons travailler sur l'objectif ?

Un exemple : " Je vais étudier la cassette au cours des deux semaines suivantes, les jours ouvrables, juste après le journal télévisé, pendant une heure. Je veux atteindre totalement l'objectif avant la fin de l'année, pour être capable de raccompagner des visiteurs étrangers dans notre entreprise dès le mois de janvier."
 
 
 

CHAPITRE 8. Comment planifier efficacement.
Les thèmes de ce chapitre: Comment formuler ses objectifs linguistiques d`une façon qui nous  aide à les atteindre.
 
 

CHAPITRE 9. La motivation, le temps et les autres moyens de paiement.
Les thèmes de ce chapitre: Test - quel niveau de connaissance de la langue pouvons-nous acqérir? Comment gagner au moins une heure de temps chaque jour.

PAGE 84

9. La motivation, le temps et les autres moyens de "paiement"

Nous nous plaignons toujours d'avoir très peu de temps. Mais nous vivons comme si nous en avions de trop.

Sénèque
 

Les facteurs de la réussite et la part au succès de chacun d'eux

Quels sont les facteurs les plus importants pour un apprentissage efficace de langues ? Les experts parlent de trois facteurs, il s'agit de la motivation, de nos capacités et de l'intelligence.

Voici leur contribution à notre succès :

motivation 33%

capacités linguistiques 33%

intelligence 20%
 

(Dans le livre la situation est illustrée par une image.  Le texte au-dessous de l'image:)

Motivation, capacités et intelligence peuvent être développés.
 

PAGE 85-86

La contribution des autres facteurs ne représente que le reste - 14 pour cent.

Le lecteur sera heureux d'apprendre que, presque toutes les capacité importantes pour la maîtrise des langues, peuvent être acquises et développées tout simplement par un apprentissage régulier.

Cela vaut la peine de développer notre mémoire, la capacité à reconnaître et reproduire des sons, à  imiter l'intonation de la langue parlée.

Mais cela vaut la peine aussi de développer notre capacité à nous exprimer mieux dans notre langue maternelle.

Un apprentissage réussi, cela va coûter combien ?

Comment pouvons-nous gérer efficacement notre temps ? Combien de temps devons-nous rester dans le rôle d'un étudiant pour  maîtriser une langue étrangère ? Citons d'abord l'opinion de Boguslaw Jankowski, l'auteur du livre "L'apprentissage de la langue étrangère du point de vue d'un psychologue." Selon Jankowski la réponse dépend surtout de :

1. nos objectifs linguistiques

2. notre motivation

3. nos capacités initiales

4. de la fréquence de séances d'apprentissage

Par exemple étudier deux langues nouvelles à la fois représenterait une dispersion des forces énorme, un gaspillage de notre temps. Même quand on n'étudie qu'une seule langue, mais seulement deux heures par semaine, cela ne suffit pas pour maîtriser la langue activement - même après des décennies de travail.

Si on pouvait étudier 10 heures par jour au cours de 300 jours, cela assurerait une maîtrise de la langue presque idéale. Selon Jankovski, si la fréquence des séances d'apprentissage était grande, on pourrait maîtriser la langue parlée et la langue écrite "de manière très satisfaisante" au cours de 500-1000 heures d'apprentissage. Telles sont les évaluations d'un théoricien.

Les résultats réels

Quels étaient les résultats des praticiens ? Heinrich Schliemann a appris l'italien au cours de six semaines d'apprentissage intensif. En cette période, il n'avait pas d'emploi. Supposons qu'il avait envie d'étudier la langue seize heures par jour.

Ce n'est pas impossible quand il s'agit de Schliemann ! Six semaines, cela représenterait 42 jours d'apprentissage, donc 16x42=672 heures.

Nous parlions déjà du polyglotte polonais Zbygniew Broniarek dans le chapître six. Il a déclaré que chaque personne, d'intelligence moyenne, peut maîtriser une langue étrangère au cours de six mois.

Broniarek recommandait d'étudier 15-18 heures par semaine. Dans ce cas, la limite maximale de nombre d'heures nécessaires pour apprendre une langue représente 26 (semaines) fois 18 (heures) donc 468 heures.

Motivation, temps, capacités...testons quelles sont nos perspectives

L'avant dernière partie de ce chapître-ci consiste en un test détaillé, qui va nous indiquer quelles sont nos perspectives pour maîtriser une langue. Le test considère des facteurs comme la qualité du temps investi, le degré de notre motivation, nos capacités et connaissances actuelles. Si nous ne ressentons pas le besoin de faire des calculs pour évaluer précisément nos perspectives, il nous suffit de comprendre les principes d'évaluation utilisés dans le test. Une image va illustrer les principes.

La pyramide de la réussite

Pour que nous puissions construire une pyramide, il nous faut un terrain. Dans notre cas, le terrain est représenté par nos capacités fondamentales, les capacités que chaque personne, saine et  avec une formation de base, possède. Il suffit d'avoir des organes des sens fonctionnels et de savoir communiquer avec notre entourage de manière compréhensible.

La base de notre pyramide est construite de deux côtés. Le côté "latéral" représente le degré de notre motivation, le degré de notre désir d'apprendre la langue. Par exemple si une personne se trouve soudainement dans un entourage où tout le monde utilise une certaine langue, le besoin d'apprendre cette langue devient tout d'un coup grand.

PAGE 87


(image d`une pyramide accompagné de texte )
 
 
 
 

le temps,
 
 

la fréquence  des séances d'apprentissage, la motivation
 
 
 
 

la motivation et les capacités d'apprendre

________________________________________________________________

La pyramide de la réussite

_________________________________________________________________
 



 

La personne commence à désirer comprendre la langue, même si elle avait le sentiment, qu'elle n'aime pas la langue.

Le côté antérieur représente toutes nos ressources personnelles, qui peuvent nous aider à apprendre la langue. Il s'agit des talents spécialisés, de la capacité d'apprendre; de nouveau nous y retrouvons notre ressource la plus importante - le degré de notre motivation.

Le fait, que ce facteur fait partie de chaque côté, nous permet de bâtir la pyramide sans que nous ayons besoin de talents et de capacités spécialisés - à condition que nous désirions atteindre notre objectif.

La hauteur de la pyramide est représentée par le temps que nous allons consacrer à l'apprentissage de la langue étrangère. Il ne s'agit pas seulement de compter le nombre d'heures que nous allons consacrer à nos études. Ce qui est encore plus important, c'est de revenir à notre apprentissage assez fréquement, c'est le pourcentage du temps consacré à l'apprentissage. Le degré de la réussite est proportionnel au volume de la pyramide. Voici la formule mathématique correspondante :

LA REUSSITE=

= (motivation)x(motivation + nos capacités d'apprendre)x(temps).

Les paramètres entre parenthèses numéro deux sont à peu près les mêmes dont on a parlé au début de ce chapître dans la partie "Les facteurs de la réussite et le pourcentage".
 

CHAPITRE 10. La technique et la mnémotechnique.
Les thèmes de ce chapitre: Six techniques qui facilitent l`apprentissage des vocables et des phrases.

PAGES 100-101

Pensons en phrases entières et directement dans la langue étrangère

Quand nous notons un mot sur une fiche, relevons aussi une ou deux courtes phrases dans la langue étudiée qui contiennent le mot. Et, dès que c'est possible, essayons de cesser de travailler avec cette partie du texte écrite dans notre langue maternelle sur la fiche. Par exemple, nous pouvons dessiner une image à côté du mot étudié, une image qui va caractériser sa signification.

Une autre possibilité consiste à écrire un dialogue court sur la fiche. Sur un côté, nous pouvons écrire le commencement d'une phrase, une phrase entière ou une question. De l'autre côté, nous écrirons la suite de la phrase, ou une réponse.
 
 

Un exemple concret

Imaginons que nous voulons apprendre la signification du mot allemand "das Naturdenkmal". La signification de ce mot est "un objet de la nature protégé". Si nous recherchons ce mot dans un grand dictionnaire, nous y trouvons aussi la phrase "eine alte Eiche zum Naturdenkmal erklären" - "déclarer un vieux chêne pour un objet de nature protégé".

Au recto de la fiche nous pouvons écrire la première partie de la phrase "eine alte Eiche". Au verso, nous écrirons la suite - "zum Naturdenkmal erklären" et en bas nous écrirons avec une écriture fine la phrase entière en français  :"déclarer un vieux chêne pour un objet de la nature protégé". Si nous ne connaissons pas encore la signification des mots "Eiche" (chêne) et "erklären" (ici "déclarer") nous pouvons tout simplement souligner les mots allemands et français correspondants avec un crayon de même couleur. Par exemple "Eiche" et "chêne" vont être marqués avec le vert, "erklären" et "déclarer" avec le rouge.

Puisque c'est surtout le mot "Naturdenkmal" qui nous intéresse, nous écrirons au verso de la fiche avec une écriture fine "s Naturdenkmal, -s, -ä-er, objet de la nature protégé".

Si cela vous paraît compliqué, fabriquez une fiche suivant les instruction précédentes. Vous aller voir que ce n'est pas difficile.
 

(au recto:)
(Image d`un chêne)

Eine alte Eiche

zum Naturdenkmal erklären
 
 

(au verso:)
déclarer un vieux chêne

pour un objet de nature protégé

s Naturdenkmal, -s, -ä-er, objet de nature protégé
 
 

Pendant nos premières lectures de la fiche, nous consultons les traductions dans notre langue maternelle. Plus tard, nous allons lire le texte allemand écrit sur un côté et compléter la phrase en nous souvenant de ce qui est écrit en allemand sur l`autre côté. En plus, nous visualisons la signification de la phrase que nous prononçons.
 
 

CHAPITRE 11. Et encore.... (Pêle-mêle).

Les thèmes de ce chapitre: Comment améliorer notre prononciation?Comment développer nos capacités linguistiques. L`art de se motiver soi-même. Une stratégie pour conserver nos connaissances. Quelle méthode d`apprentissage est appropriée pour nous personnellement? La suggestopédie. La suggestopédie chez soi. La relaxation.

PAGES 116-117

Ainsi,  le "diplôme" en vue duquel nous nous préparons matérialise le but à atteindre en même temps qu` il nous incite à progresser.

La stratégie du congélateur

Imaginons que nous nous absentions pour une assez longue période. Nous faisons nos bagages et  partons précipitamment .  Au retour, affamés,  nous cherchons quelque chose à manger mais nous ne trouvons rien d`autre que quelques tranches de pain moisi, du lait tourné, quelques fruits et des oeufs pourris..

Comment éviter cela? En rangeant systématiquement, avant de partir, la nourriture dans le frigidaire ou le congélateur de telle manière, qu'en revenant, nous trouvions toujours quelque chose de comestible. Comment nous inciter à agir de la sorte? En prévoyant dans les moindres détails notre retour.

Combien  de personnes prennent-elles les mêmes précautions quand elles interrompent, pendant un certain laps de temps, l'apprentissage d'une langue étrangère? La stratégie du congélateur peut nous aider à reprendre nos études avec le minimum de pertes, sans avoir à chercher par où commencer et où trouver les outils et le matériel nécessaires. Si nous ne sommes pas prévoyants, nous nous trouvons comme le fermier qui aurait obtenu une moisson abondante mais n`aurait pas fait l'effort de mettre son blé à l`abri dans ses greniers.

Que faire concrètement?

Avant d`interrompre nos études pour une période assez longue, nous suivrons les quatre étapes de la stratégie. S`il s'agit d'une période plus courte, nous pourrons passer directement à l`étape No 4.

1. Examinons ce que nous avons appris jusqu'à maintenant et dressons une liste claire de nos acquis.

2. Essayons d'imaginer comment et dans quels contextes nous allons pouvoir utiliser nos connaissances pendant cette pause.

3. Essayons d'évaluer ce qui restera de nos acquis  après cette pause et ce qu'il nous faudra réapprendre. Que faudrait-il faire en priorité pour récupérer le niveau le plus rapidement possible? Elaborons un plan pour y parvenir.

4. "Congelons" nos ressources. Rangeons notes, cassettes, manuels et ceux des dictionnaires dont nous n'aurons pas l`utilité dans l'immédiat mais qui nous seront utiles pour la reprise.  Il est aussi parfois utile de noter des adresses et des numéros de téléphone. Choisissons un endroit où  déposer tout cela avec notre  plan de revision manuscrit.
 
 

Extrait de l'agenda de Joseph

1. Si tu as cessé d`étudier l'allemand depuis un an et que demain, tu doives te rendre en Allemagne :

 tu dois écouter les cassettes "Übrigens" 1 et 2, réciter à voix haute les dialogues qui y sont enregistrés et faire les exercices. Cela fait 1 heure et 40 minutes de travail et de récitation à voix haute.

2. Une révision plus approfondie :

- réciter à voix haute le contenu des cassettes marquées "Le plus important" 1, 2, 3, 4,

- réviser les fiches avec les phrases et les verbes,

- faire les exercices concernant les substantifs et les adjectifs - la cassette "Sprechübungen",

- apprendre par coeur un ou deux extraits de la cassette "Par coeur",

- écouter la cassette "Junge Leute III",

-lire un ou deux romans policiers en allemand et regarder un ou deux films allemands.

Sésame ouvre-toi.
Variante si nous reprenons après plusieurs années d'inactivité.

Nous avons cessé toute pratique d`une langue depuis des années et nous souhaitons reprendre nos études. Le premier pas utile consiste à "réveiller" une partie de nos connaissances.

Il nous sera plus facile de nous remémorer nos connaissances oubliées, si nous commençons  à travailler avec le matériel que nous utilisions avant l`interruption. Jouons aux archéologues; essayons de retrouver nos cahiers ou, tout au moins, des restes de notes.
Allons dans les bibliothèques rechercher le manuel que nous utilisions à l'époque.
 

CHAPITRE 12. Révision.

Les thèmes de ce chapitre: Quelques principes fondamentaux pour apprendre les langues de manière efficace.
 
 
 

APPENDICE 1.
Contient 5 exercices qui aident le lecteur à mieux se connaître au niveau de l`identité et de la spiritualité.
 

APPENDICE 2.
Comment se relaxer. Une liste de morceaux de musique relaxante - musique baroque.
 

APPENDICE 3.
Les mot les plus fréquents - où les trouver (bibliographie). Les premiers 20 verbes anglais, allemands, français (espagnols). Comment commencer et terminer une lettre en anglais, allemand, français.
 

APPENDICE 4.
Les ordinateurs et l`apprentissage des langues. Quelques adresses sur l`internet.
 
 

PAGES 150-151

Index des exercices

questionnaire - quelle méthode est convenable pour nous personnellement? 18

questionnaire - notre compte linguistique 53

conditions d'un objectif bien formulé 80

interview pour un journal 130

image - où est-ce que je vais ? 130

célébration de mon anniversaire 132

notre philosophie personnelle 131

questionnaire concernant la spiritualité, l`identité, les valeurs et les croyances 13

création du plan de notre compte linguistique personnel 79

test - les prévisions de notre progression linguistique 89

test - nos connaissances actives 57
 
 

Index des méthodes et des techniques

nous développons notre confiance en nous-mêmes 29

lecture accompagnée de l'écoute 68

conditions d'un objectif bien formulé 80

apprendre à converser - trois règles de base 49

méthode de fiches 99

méthode d'hameçons mentaux 105

méthode du mot clé 43

méthode de modélisation selon Dilts et Bateson 14

méthode de consonnes 108

méthode d'apprentissage de Z. Broniarek 61

méthode d'apprentissage de Julie et d'Eve 16

méthode d' apprentissage de K. Lomb 39, 65
 

méthode d'apprentissage de H. Schliemann 38

méthodes d'apprentissage des polyglottes 37

lecture parallèle 66

travailler avec un roman policier 69

changer nos croyances 30

séance avec la respiration rythmique 123

mots les plus fréquents 98

stratégie de congélateur 116

comment gagner du temps 95

commnet visualiser les mots inconnus lorsque l`on n`a pas d'agenda 105

visualisation des exceptions d'une règle 103

utiliser nos capacités et nos connaissances dans des contextes nouveaux 26

se souvenir du genre de mots 102

se souvenir de verbes irréguliers 104

PAGE 151

Index général

armée américaine 61

associations 107

coureurs 10

musique baroque 138

prix à payer pour atteindre un objectif 83

objectif écologique 82

objectifs (comment atteindre efficacement ...) 80

comment  gagner du temps 95

combien de temps cela nous prend d'apprendre... 85, 92

comportement 17

comportement comme ressource 25

lecture 64

agenda linguistique (de Joseph) 117

dix commandements pour un polyglotte 46

diplômes 113

questionnaire - notre compte linguistique 53

questionnaire - une méthode convenable pour nous 118

surapprentissage 61

étudier dans un état relaxé - deux variantes 121

respiration rythmique 122

efficacité 9, 12, 50

quatre atouts 70

facteurs de la réussite (pourcentage) 84

formulation positive d'un objectif 80

valeurs - respectées et non respectées 72

valeurs - questions 134

identité 15, 20, 133

identité - questions 133

intellectuel (flirtant avec les langues - apprentissage superficiel) 94

intelligence comme facteur de la réussite 84

langue et méthode 119

langue et parole (language and speech) 118

langue dans la profession 77

compte linguistique 52

conversation de base 67

culture et technique 97

manager et leader 11

mère de famille 89

principes fondamentaux (Coménius) 123

méthode du mot clé 43

méthodes d'apprentissage 48, 59, 119

mnémotechnique 43, 97

modélisation approfondie 14

monologues en tartare 73

motivation comme facteur de la réussite 84, 87, 89

motivation (comment décerner des diplômes à nous mêmes) 113

idées d'un lecteur 127

révision des principes de base 125

esclave (qui ne réfléchit pas) 88

objectif vérifiable 81

projet de notre compte linguistique personnnel 79

les plans (comment sont-is faits par les personnes brillantes?) 79

nombre des langues apprises 50

marche autour la table et accent 111

polyglottes 34

portraits (quatre) 88

langue primitive (commune) 109

transmission (l`exemple du grec) 28

croyances, valeurs 19, 28

croyances comme ressource 20, 28

croyances limitantes 30

exemple d'un texte motivant 137

exemple d'un texte relaxant 135

préparation du matériel pour les études de langue dans un état de relaxation 121

environnement 17, 23

environnement comme ressource 23

pèlerin qui voulait gagner du temps 76

pyramide du succès 86

relaxation dans une baignoire 135

développement de nos capacités (concrètement) 111

la vitesse est un vecteur  (aller plus vite ou suivre la bonne direction?) 76

séance avec la respiration rythmique 123

sésame ouvre-toi 117

schéma de Bateson 15, 23

capacités comme facteur de la réussite 84

FIN